La Toupie et un centre d'insertion socioprofessionnelle (CISP) travaillant sous la pédagodie des EFT ( entreprise de formation par le travail).

On considère qu'en Belgique, le CISP joue un rôle important comme acteur social car il permet aux " laissés pour compte"  de se reconstruire tant professionnellement que psychologiquement.

Ces personnes peuvent ainsi sortir de leur statut d'allocataire social par la formation professionnelle. Il s'agit de personnes dans une situation de chômage, d'invalidité temporaire, de sortie d'incarcération, de primo-arrivants, de personnes peu diplômées en situation d'inactivité professionnelle.

La Toupie est présente à Arlon depuis 18 ans et a permis l'accompagnement de plus de 1000 personnes avec 500 000 heures de formation dans 3 domaines : l'horticulture, l'horéca et la menuiserie.

Les stagiaires proviennent essentiellement d'Arlon, de Virton, d'Aubange ainsi que d'autres communes de la province du Luxembourg.

Le fonctionnement de La Toupie est lié à l'asbl ASPI ( association de soutien aux personnes en insertion). L'ASPI nous permet d'avoir des activités commerciales diverses et gère également le patrimoine du centre de formation, ainsi que la démarche de crowsfunding.

 Visions de La Toupie dans son développement

La Toupie est spécialisée en qualité de centre de formation dans l'insertion de personnes adultes précarisées en décrochage social et professionnel. Les personnes en précarisation dans la société actuelle sont celles qui n'ont pas eu accès à une reconnaissance sociale, à une éducation soutenue et adaptée, à une valorisation de leur potentiel personnel dans leur petite enfance, dans leur enfance et dans la jeunesse de leur vie, soit parce que le cadre familial et/ou scolaire a échoué dans ces missions, ceci pour mille raisons qui ne leurs sont pas imputables nécessairement .

Les traumatismes plus ou moins grands qui découlent de ces cheminements d'échecs font que chaque personne dans ce type de parcours ne peut facilement apprendre et se situer en fonction des exigences de productivité de la société marchande qui régit par tri la place de chacun.

 

La Toupie, comme 154 autres centres de formation en Wallonie, veut se donner les moyens de compenser ces visions d'échecs, que chacun de ses stagiaires apporte, par son programme de formation en valorisant leurs potentialités, en travaillant individuellement avec eux les aspects psychosociaux, en les stimulant et les accompagnant dans les changements d'attitudes et de perceptions qu'ils ont d'eux-mêmes. Pour cela, le cadre dans lequel nous travaillons doit être digne de nos ambitions et non de ce qui est le quotidien des stagiaires dans leur vie privée. Ils doivent pouvoir se rendre compte qu'ils sont aussi reconnus que d'autres dans la société, et que l'environnement de vie et le programme de formation sont à la hauteur de ce qu'ils veulent être pour leur devenir.

 

Le projet de bâtiment où nous allons nous loger doit être aussi à l'image de ce que nous voulons comme environnement, base d'une reconnaissance comme êtres humains. Ceci influera aussi sur la perception que l'extérieur a sur les centres d'insertion comme le nôtre.